AC Milan & Technogym

En football, et en sport en général, les résultats sont ce qui importe le plus. Vous pouvez bien ou mal jouer, mais si vous gagnez à la fin, tout le monde est heureux. Cela est encore plus vrai en Italie, patrie du jeu défensif, du « catenaccio », et des contre-attaques à la vitesse de la lumière. Ou, cela a été vrai jusqu'au 3 Juillet 1987. Ce jour là, le fameux Arrigo Sacchi est devenu l'entraîneur du Milan AC. Dès les premiers jours dans son nouveau rôle, il a lancé une révolution culturelle : la qualité du jeu devrait venir avant les résultats, en indiquant que le spectacle présenté aux spectateurs doit être plus important que le classement dans la ligue. Cela a sonné comme un défi venant d'un Don Quichotte moderne. Cela a commencé par un défi de taille : l'équipe perdait à chaque fois et a même été éliminée de la Coupe de l'Uefa, provoquant une agitation parmi les supporters en colère. M. Berlusconi, qui avait été le président de l'équipe pendant juste un an, les a averti : «M. Sacchi est ici pour rester, je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, les gars ». La fin de l'histoire est écrite dans le livre d'or de la série : Le Milan AC a gagné le championnat et ce titre n'a été qu'une étape dans la plus incroyable série de victoires de toute l'histoire de l'équipe. La formation en 4-4-2 de Sacchi est devenue un principe emblématique dans le monde du football, appliqué par des stars telles que Baresi, Maldini, Gullit et Van Basten - l'élite de toute une génération du football.

Mais il y a un côté plus obscur, bien que tout aussi important, dans cette révolution : l'entraînement athlétique auquel les entraîneurs du Milan AC a commencé à soumettre ses joueurs. Le « football total » de Sacchi, outre des mécanismes tactiques parfaitement synchronisés, nécessite un niveau d'intensité et de rythme que ne peut assurer qu'un entraînement spécifique. Ce n'est pas un hasard si c'est au cours de ces années qu'a débuté le partenariat entre les « Rossoneri » et Technogym : L'équipement de Technogym a été choisi par la salle de sport du Milan AC - un club moderne équipé de machines pour l'entraînement cardiovasculaire, d'endurance et de récupération. Aujourd'hui, il peut sembler normal pour une équipe en 'Série A', la première division italienne, d'avoir une salle de sport totalement équipée mais à l'époque - c'était tout simplement révolutionnaire.

Presque vingt ans plus tard, le partenariat est toujours là : à Milanello, toutefois, l'ancien club a évolué en Milan Lab, un projet démarré en 2002 qui, jusqu'à présent, a permis d'obtenir plus d'un million de records sur la base de tests réalisés sur les joueurs de l'équipe. «Cette collecte de données est extrêmement importante pour gérer la santé de nos athlètes,» explique Daniele Tognaccini, l'entraîneur du Milan AC depuis les 15 dernières années.. «Ces tests nous aident à identifier les tâches ou situations impliquant des risques pour chaque acteur. Il va sans dire que ces informations sont inestimables pour quiconque a des responsabilités dans la gestion du club, en particulier relativement à la santé et au bien-être des joueurs. Le projet Milan Lab va également de pair avec la philosophie d'entraînement fonctionnel qui est au coeur de la stratégie de Technogym.»

L'entraînement fonctionnel s'inspire des mouvements naturels, atteints par la contraction synergique de différents groupes musculaires. C'est à l'extrémité opposée de l'échelle du travail musculaire « compartimenté » typique de l'équipement traditionnel. À première vue, cela peut avoir l'air d'une approche simpliste : mais en fait, cela active les muscles les plus profondes, en stimulant une précieuse stabilisation articulaire. «Cette nouvelle méthode d'entraînement,» poursuit Tognaccini, « a impliqué d'énormes avantages pour la préparation physique de nos footballeurs, car par le biais d'outils technologiquement avancés, je pense par exemple à l'appareil Omnia de Technogym, nous pouvons simuler les efforts demandés aux athlètes sur le terrain. En outre, l'entraînement en intérieur que nous appelons entraînement à sec, est essentiellement important pour travailler sur les mécanismes compensatoires typiques du football. Par exemple, tout le travail que nous effectuons sur la chaîne musculaire postérieure, normalement fortement contractée du fait de la course à plat, est compensé par le travail en salle de sport. La nouvelle Leg Press de Technogym, qui combine une surcharge traditionnelle avec différentes options d'entraînement avec des bandes élastiques, est un outil extrêmement utile pour exercer les articulations et les chaînes musculaires problématiques, car cela permet d’obtenir un degré maximum de progression et de contrôle. Enfin, ces machines aident à éliminer l'inertie, à la différence des machines traditionnelles où elle représente un facteur important ».

L'implication des joueurs dans les problèmes de préparation physique et d'entraînement a également commencé avec la révolution culturelle qui s'est produite depuis le milieu des années quatre-vingt. Le footballeur typique qui n'appréciait l'entraînement que s'il impliquait des matchs non compétitifs et aurait tout fait pour éviter l'entraînement intermédiaire est un stéréotype du passé. «Aujourd'hui, les footballeurs ne s'entraînent pas simplement sur le terrain,» conclut Tognaccini, « il suffit de penser que les joueurs du Milan AC passent environ 50% de leur temps d'entraînement à la salle de sport. C'est pourquoi il est si important de pouvoir s'appuyer sur un partenaire de grande envergure : nous avons choisi Technogym car elle satisfait toutes nos exigences et car nos footballeurs ont une sensation spéciale avec cet équipement, et en particulier avec les machines de la ligne Pure Strength, conçues pour le renforcement musculaire. Depuis que nous les avons, à Milanello, nombreux sont les joueurs qui ont décidé de ne s'entraîner que sur ces appareils et ce, car ils offrent une sensation de performances extraordinaires par rapport à tous les autres équipements.»