10 choses à savoir sur l'obésité

L'obésité est l'un des plus grands ennemis de la santé, dans les pays développés mais aussi dans les pays émergents. Bien que cet état soit en grande partie évitable, il est bien connu qu'il est le résultat d'un mauvais style de vie, caractérisé par une absence d'activité physique et un régime alimentaire déséquilibré. Il semble que rien ne soit en mesure de l'enrayer, mais il existe toutefois un espoir au niveau de la prévention. Voici dix choses à savoir sur l'obésité.

1. L'obésité en chiffres

Il y a 640 millions d'adultes obèses dans le monde. Il est estimé qu'en 2045, une personne sur quatre sera obèse. L'alerte a été lancée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans une étude sur les prévisions d'avenir dans les pays occidentaux. Les maladies liées à l'obésité comme le diabète de type 2 devraient progresser, tout comme les coûts de santé qui s'y rapportent.

2. Quel le pays a le pourcentage de population obèse le plus élevé ?

D'après le classement effectué par l'OMS en 2018, le pays dont la part de population obèse est le plus élevé sont les îles Samoa américaines, avec un indice de masse corporelle supérieur à 30 pour plus de 93% de la population totale. D'après des recherches récentes, la raison en est principalement génétique, mais le mode de vie et le régime alimentaire sont aussi en cause.

3. L'obésité et le cerveau

Le cerveau d'un homme ou d'une femme obèse d'âge moyen a les mêmes caractéristiques que celui d'une personne âgée qui n'est pas en surpoids. Cette découverte provient d'une étude de l'université de Cambridge publiée dans la revue Scientific journal of Neurobiology of Aging. L'obésité peut notamment accélérer la diminution du volume de notre cerveau, qui est un effet typique du vieillissement.

4. Prévenir l'obésité dès le berceau

L'allaitement au sein est un important moyen de prévention. Le lait maternel fournit naturellement au nourrisson les nutriments dont il a besoin la première année de sa vie. De nombreuses études ont montré l'effet bénéfique du lait maternel dans la lutte contre l'obésité : le taux d'obésité des enfants nourris au lait maternel pendant deux mois est de 3,8%, et il tombe à 0,8% chez les enfants nourris au sein plus d'un an.

5. Un bon entraînement fait toute la différence

L'activité la plus efficace pour combattre l'obésité et le surpoids chez les enfants est un entraînement mêlant exercices cardio et anaérobiques. Selon les dernières recherches, parmi les activités sportives les plus adaptées pour combattre l'obésité chez les adultes figure la marche nordique, une technique de marche biomécanique effectuée au moyen de bâtons, qui constitue un exercice complet et naturel pour tout le corps.

6. La "maladie" des sociétés prospères

L'obésité se définit comme la maladie contemporaine du bien-être, et l'Organisation mondiale de la santé parle de globésité, mais cet état existe depuis des temps anciens. Hippocrate désignait déjà le surpoids comme cause d'autres maladies, et les Grecs furent parmi les premiers à considérer l'obésité comme un trouble médical.

LA CORPULENCE EST NON SEULEMENT UNE MALADIE EN SOI, MAIS AUSSI LE PRÉSAGE D'AUTRES MALADIES.

7. Tel maître, tel chien

L'obésité est aussi répandue chez les animaux domestiques, et le risque augmente lorsque le maître souffre lui-même d'obésité. Dans la plupart des cas, les chats et les chiens dont le maître a des problèmes d'obésité ont tendance à souffrir des mêmes troubles. De mauvaises habitudes, comme une mauvaise nutrition ou un comportement agressif, sont généralement des conséquences d'un environnement quotidien défavorable.

8. L'obésité : un facteur social

Les spécialistes analysent le « facteur social » de l'obésité : il semble que la population au contact de personnes obèses ou en surpoids ait plus de risques de le devenir à son tour. Non seulement en raison de facteurs strictement environnementaux ou génétiques, mais aussi à cause de l'influence des amis et de la famille sur l'individu. Une étude menée conjointement par la Harvard Medical School et l'université de San Diego, publiée dans le New England Journal of Medicine, révèle que l'environnement social dans lequel nous évoluons et le style de vie de notre entourage peuvent favoriser la prise de poids.

9. Obésité et écologie

L'obésité a aussi un impact écologique important. D'après une recherche publiée par la revue BMC Public Health, la biomasse totale (c'est-à-dire le poids total des hommes et des femmes) en 2005 était d'environ 287 millions de tonnes, dont 15 millions (5%) dus au surpoids et 3,5 millions (1,2%) à l'obésité. L'excès de poids provoque non seulement des dégâts de santé mais aussi une hausse d'utilisation d'énergie et des ressources environnementales.

10. Bouger, bouger, bouger

La première arme contre l'obésité est la prévention, notamment par la promotion de l'activité physique. La communauté scientifique recommande 150 minutes de mouvement par semaine et en Italie le sport apparaît même sur les ordonnances : dans plusieurs régions, le médecin généraliste est autorisé à prescrire du sport, notamment dans le cas d'enfants en risque d'obésité.

11. Découvrez Let's Move For a Better World

Savez-vous que Technogym prend position contre la sédentarité et ses conséquences via sa campagne mondiale Let's Move for a Better World ? Cette campagne sociale vise à informer les communautés sur la sédentarité et l'obésité, en présentant l'activité physique comme un moyen idéal de les combattre. La mission de Let's Move for a Better World est de sensibiliser aux bienfaits d'un exercice physique régulier via un défi amusant et stimulant qui encourage également à la socialisation.

/related post

6 avantages de la méditation de pleine conscience

La méditation de pleine conscience, grâce aux preuves scientifiques, s'est avérée utile pour ceu...