Champions Train With Technogym: Elia Viviani

« Mon talent, je l'ai découvert année après année, je n'ai jamais pensé que j'étais une aberration ou que j’étais né une aberration, je pense que j'ai toujours été responsable de ma carrière et mes résultats. Au début, bien sûr, j'avais beaucoup de doutes, comme tout le monde. Je ne savais pas si je devais continuer le football ou me consacrer entièrement aux deux roues, et ce qui a fait la différence à la fin, c'est de savoir que dans le cyclisme, tout dépendait de moi. Réalisations, récompenses, déceptions, tout était entre mes mains. Année après année, sacrifice après sacrifice, vous passez du niveau local au niveau régional, puis au niveau national et vous réalisez que vous allez dans la bonne direction. »

La parabole d'Elia Viviani, l'étoile bleue du cyclisme sur route et sur piste, a commencé il y a de nombreuses années, lorsque le deux roues est entré dans sa vie, l'obligeant à choisir entre le cyclisme et le football. Heureusement pour nous, et aussi pour lui, c'est le sport individuel qui l'a emporté, et Elia s’est concentré sur une tâche unique qui lui a permis de rester le seul responsable de son propre succès.

Une ascension fulgurante, preuve de son extraordinaire talent, qui depuis les compétitions régionales l'a fait grandir, étape par étape, jusqu'à caresser son rêve ultime, celui des Jeux olympiques. D’abord en tant que simple fan, puis en tant qu’amateur déçu, et enfin en tant que véritable dioscure moderne : « Mon premier souvenir olympique remonte à Bettini à Athènes en 2004, car la course en ligne est toujours la première course du programme et celle-là a été un triomphe extraordinaire. Lorsque mon heure est venue de briller, surtout après la déception de Londres en 2012, je suis arrivé aux Jeux olympiques de Rio conscient de l'importance du moment.  Je garde un très bon souvenir de cette course et de la médaille d’or que j’ai obtenue au Brésil. Tous les détails, même les plus petits, restent parfaitement nets. C’est comme si je revivais encore et encore ce même souvenir. Ce furent les plus beaux jours de ma vie. »

La grandeur de Viviani est perceptible dans la tranquillité de sa voix et dans sa capacité à raconter les plus grands exploits avec une sérénité immuable, cette même sérénité qui lui inspire toujours la sensation d’être privilégié, même après avoir atteint le sommet. Un adulte avec le cœur d'un enfant, qui a fait de sa passion un beau métier : « Quand on devient professionnel, on franchit une espèce de ligne, et c’est à ce moment que l’on se rend compte qu’une passion s’est transformée en véritable métier, et on se dit qu’on a est privilégié. Et c’est vrai : faire ce que vous aimez tous les jours est un vrai privilège. Il n'est pas toujours facile de s'en rendre compte, mais quand on y regarde de plus près, cela change notre perception des choses. Je pense à ce que ma médaille de Rio a représenté pour mes collègues et pour tous les jeunes : j’en accepte volontiers la véritable responsabilité émotionnelle. Il faut vivre tout cela avec le bon sens des responsabilités et en restant toujours fidèle à soi-même. »
Et c'est précisément en découvrant ses qualités morales exceptionnelles que le choix de notre mouvement olympique s'est porté sur Elia, qui a été investi de la responsabilité de porte-drapeau aux prochains Jeux de Tokyo. Un rêve éternel gardé secret comme quelque chose de trop beau pour être vrai : « quand j’ai appris que j’avais été officiellement choisi comme porte-drapeau italien aux Jeux olympiques, j’ai eu un sentiment étrange, car j'étais sur mon vélo en train de disputer le Giro d'Italia et, jusqu'au dernier moment, j'ai préféré ne pas me faire d'illusions. Même si je savais c’était une possibilité, même si j'avais entendu les rumeurs, jusqu'à ce qu'on me le dise, j'ai fait semblant de ne pas y croire. Parce qu'à un mois des Jeux, la déception d'y avoir cru et d'avoir manqué l'occasion aurait été terrible. Puis ils me l'ont dit et c'était juste magnifique. Je commence seulement à m’imaginer le moment, l'excitation que je vais ressentir. Mais ce n'est qu'en le vivant réellement que je pourrai savoir ce que ça fait. »
Elia Viviani, médaillé d'or de l'omnium aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, montre toute sa ténacité lorsqu'il fait du vélo.
Ses médailles, accumulées au cours d'une carrière fulgurante, sont le résultat d'un travail acharné et d'un entraînement athlétique soigneusement planifié.
Le réveil d'Elia Viviani sonne vers 8h, et à 9h30/10h il commence son entraînement, dont la durée varie entre 3, 4 et 5 heures, selon le type de préparation prévu pour cette période. Sa semaine typique d’entraînement, en revanche, comporte des blocs de trois jours de travail suivis d'un jour de congé.
Pour ses séances d'entraînement, le cycliste choisit Skillbike.

Découvrez Skillbike

Skillbike est le vélo révolutionnaire qui vous permet de vivre les émotions et les défis de l'expérience de la route dans le confort d'un environnement intérieur.
Ce vélo exclusif Technogym est la solution parfaite pour les triathlètes, les passionnés ou les cyclistes professionnels comme Elia Viviani qui concentrent leur entraînement sur le développement de la puissance et de l'endurance. En fait, Skillbike fournit des routines d'entraînement basées sur la puissance, ainsi que des séances d'entraînement qui simulent des escalades, pour améliorer force e endurance d'une manière nouvelle, efficace et engageante.
En outre, le Skillbike est le premier vélo d'intérieur doté d'une véritable boîte de vitesses : le Real Gear Shift breveté permet de simuler la dynamique de la montée, recréant toutes les sensations du cyclisme sur route. En modifiant les rapports, il est possible d'attaquer différentes pentes avec l'effort souhaité, tout en conservant les paramètres de puissance et de cadence choisis.
Pédaler sur le Skillbike comme sur un vélo de course est possible : le design breveté du Skillbike Ridign Design reproduit la biomécanique des vélos d'extérieur. Le cadre et le guidon sont façonnés pour s'adapter parfaitement à différentes positions et poignées de conduite : vélo de route, vélo de contre-la-montre et vélo de montagne.
Le système innovant Road Effect simule également la sensation de conduite en extérieur et identifie votre style de conduite et les paramètres de performance.

/related post

Rencontrez l’équipe : India Bailey

Du Canada au Mexique, suivez l'histoire de notre talentueuse entraîneuse Technogym India Bailey et ...